Shola

Ce que vous trouvez dans la forêt après la tombée de la nuit

C’était pendant les vacances d’été quand Jean et ses amis, François et Olivier, ont décidé de sortir dans la nature pour le week-end. Tout semblait se passer sans encombre pour le moment, les gars sont arrivés à destination. Entre eux, ils ont décidé de diviser les choses qui devaient être faites sur leur liste. Jean était chargé d’allumer du bois de chauffage pour allumer un feu, François était responsable de la mise en place des tentes et Olivier était en charge de préparer leur nourriture. Alors ils se séparèrent, François se dirigea vers la forêt sombre et profonde avec rien d’autre qu’une lampe de poche et une hache alors que les deux autres restaient sur le camping. François a trébuché sur un tas de branches sèches et a commencé à les couper avec la hache qu’il avait pour qu’il puisse les porter. Et soudainement, il sentit la présence de quelque chose dans l’obscurité derrière lui, qui lui donna instantanément des frissons dans le dos. Il ne savait pas s’il devait faire demi-tour ou s’il devait s’occuper de ses affaires et continuer à faire ce qu’il faisait. Puis tout à coup il entendit marmonner, François ne pouvait pas comprendre un mot qui était dit par cette entité inconnue derrière mais tout ce qu’il savait, c’était qu’il se rapprochait à la seconde alors qu’il marchait sur des branches sèches et ils faisaient un son qui a donné sa position. Il se décida alors et décida de se retourner, il ne pouvait en croire ses yeux car tout ce qu’il pouvait voir, c’était un homme vêtu de noir. Comme il se rapprochait de plus en plus, François se rendait compte de cet homme, du fait qu’il pouvait entendre des bruits de rire. Il devint alors très clair pour lui que l’homme vêtu de vêtements sombres n’était autre qu’un de ses amis. Il a ramassé un rocher et l’a jeté à l’homme qui était censé être un de ses amis, après avoir été frappé par le rocher, l’homme a crié « aïe » et a enlevé son masque alors qu’il tombait par terre. Alors, c’était toi jean, cria François, Jean resta un moment sur le sol en recevant une conférence de son camarade. Au bout d’un moment, il aida François à ramener le bois qu’il avait ramené au camp où Olivier avait à peu près fini d’installer les tentes, où lui avait-on demandé, et avec un grand sourire sur son visage, Jean dit à lui qu’il avait une histoire inoubliable à lui raconter. La soirée a continué et Olivier a été mis au courant de ce qui s’était passé pendant qu’il montait les tentes

La soirée s’est poursuivie et les trois gars ont partagé des boissons et de la nourriture autour d’un feu de camp en racontant à chacun la chose la plus audacieuse qu’ils n’aient jamais faite dans leur vie. Alors que la nuit se terminait, les trois hommes décidèrent de l’appeler une nuit et chacun s’en alla dans sa propre tente. Vers le milieu de la nuit, un chien arriva près des tentes et grogna comme s’il avait peur de quelque chose qui allait arriver. Comme tous les autres campeurs, les trois types choisissaient d’ignorer ce qui se passait à l’extérieur, car ils ne voulaient pas que quelque chose de mauvais se produise alors qu’ils étaient censés profiter de leur visite dans la faune. Le lendemain matin, le premier était jean, il sortit de sa tente et la première chose qu’il vit devant lui était un couple de dés, le prochain à se lever était François qui l’attendait devant sa tente était une sorte de un jeu de société, et surtout pour sortir de sa tente était Olivier. Devant sa tente se trouvait un jeu de cartes, tout semblait étrange aux trois gars. Ils ont commencé à envisager la situation, qu’ils jouent ou non son jeu mystérieux qui leur a été laissé à leurs tentes. Ils sont donc arrivés à la conclusion qu’ils allaient essayer le jeu et qu’ils ne joueraient qu’un seul tour. Le jeu est venu avec des instructions simples; choisissez un avatar pour vous représenter, une fois choisi, lancez les dés et déplacez votre avatar en fonction du nombre de points sur les dés, puis prenez une carte et lisez à voix haute. Après avoir lu les instructions, Jean est allé d’abord il a lancé les dés et a marqué cinq, il a déplacé son avatar par cinq et il a pris une carte. Sur la carte a été écrit que vous allez couler dans le sable rapide, quelques instants plus tard, le jean bleu a commencé à couler, c’était presque comme si ce qu’il venait de lire était venu à la réalité. Blotti dans le sable vif, il commença à paniquer tandis que les deux autres cherchaient une longue branche pour s’emparer de Jean. Une fois qu’ils ont réussi à sortir Jean de sa situation, le jeu de plateau est apparu juste devant eux mais cette fois-ci avec une lettre dessus. Olivier a pris la lettre et l’a ouverte, il était écrit « vous ne pouvez pas abandonner ce jeu jusqu’à ce que vous ayez fini le jeu ». En lisant la lettre, son visage pâlit, considérant ce qui venait de se passer, ils commencèrent à tout rassembler et trouvèrent que tout ce que vous lisiez sur la carte que vous choisirez finira par prendre vie. Ils se tenaient là effrayés comme s’ils avaient déjà été tués, avec un visage sérieux, François a dit « le seul nous pouvons mettre fin à ceci si nous battons le jeu sinon nous vivrons cet enfer encore et encore ». Il a ramassé les dés et les a roulés, il a marqué un nombre de quatre et ainsi il a pris son avatar et l’a déplacé quatre blocs. Hésitantement il a pris ramassé la carte, ne voulant pas lire ce qui était dessus, il a commencé à transpirer de façon incontrôlable, la carte a été écrite « gardez un œil ouvert tout au long du jeu car la bête mystique tentera de vous prendre la vie ». Il commença à regarder dans toutes les directions, inquiet quand la bête mystique apparaîtrait. C’était maintenant le tour d’Olivier, il tremblait de peur, il ramassait les dés et les roulait il avait marqué un certain nombre de deux, avant qu’il prenne une carte il a dit une petite prière dans sa tête et a lu la carte. Juste après avoir lu la carte, il a immédiatement laissé tomber, il a été secoué à son cœur. Le mot «mort» écrit en caractères gras se déplie lorsque sa carte tombe au sol, Olivier et François attendent anxieusement de voir si ce qui est écrit dans les cartes va prendre vie. Quelques instants plus tard, François s’effondra et son corps commença à blanchir. Jean vérifia alors si le cœur de François battait encore et, malheureusement, son cœur avait cessé de battre. La tension entre Olivier et Jean a commencé à augmenter quand ils sont tous les deux arrivés à la conclusion qu’ils allaient tous les deux mourir. L’un a commencé à s’effondrer et à pleurer et l’autre a accepté son destin. François savait que son temps était écoulé quand il aperçut un loup à trois têtes au loin, il ne prit pas la peine de courir, mais il l’accueillit favorablement. La bête était vigoureuse, arrachant le membre de corps de François de membre laissant Jean comme le seul survivant du premier tour du jeu. Jean savait que le jeu devait se poursuivre mais ne pouvait pas faire face au stress de perdre ses meilleurs amis, au lieu de continuer le jeu sans hésitation, il a pris sa propre vie. Le jeu lui-même est resté dans la forêt en attendant les prochaines victimes.

Shola Oduguwa

Classe de Seconde